Les noll ont deux ailes

Vietnam – Jour 23 – Hue, ancienne capitale des empereurs féodaux des Nguyen

Après l’expérience réussie nuit en train couchette,

nous sommes accueillis chaleureusement par Chung notre nouveau guide à Hué

qui nous propose de démarrer la journée par un petit-déjeuner au restaurant.

Nous comprenons très vite que notre séjour avec Chung va se faire dans la joie et la bonne humeur. Pour preuve, nous commençons par une partie endiablée de billard.

Puis nous partons pour la visite de Hue, ancienne capitale des empereurs féodaux des Nguyen du 19ème siècle.

Hué est l’ancienne capitale impériale du Viêt Nam (1802-1945). Le fleuve Sông Hương (rivière des Parfums) la traverse et sépare la vieille ville au nord de la cité moderne au sud.

Hué, aujourd’hui la capitale de la province de Thừa Thiên, vit essentiellement de la pêche

et du tourisme.

Sa population est d’environ 340 000 habitants.

Marelle au Vietnam

Le fait qu’elle ait été capitale impériale du Viêt Nam de l’empire d’Annam, donne un caractère particulier à Hué à laquelle la culture aristocratique des mandarins,

la finesse de la poésie de ses lettrés et l’agilité intellectuelle de ses habitants confèrent tout son charme.

Capitale des Nguyễn, les seigneurs du Sud, au xvie siècle, Hué devient la capitale du Viêt Nam tout entier après sa réunification par Gia Long en 1802. La Cité impériale de Hué se bâtit tout au long du xixe siècle.

Devenue la résidence impériale et le siège de la cour, Hué acquiert un grand prestige et un grand raffinement qui se traduisent notamment dans la musique et dans la gastronomie.

La monarchie est maintenue, mais passe sous tutelle. Les Français encouragent alors le développement architectural de la ville, gardant à Hué son statut de ville impériale jusqu’en 1945, date de l’abdication de l’empereur Bảo Đại.

Le 29 janvier 1968 dans le cadre de l’offensive du Têt, les Nord-Vietnamiens attaquèrent la ville. Après avoir massacré plus de deux mille cinq cents habitants de ceux considérés comme l’« élite », ils tentèrent un assaut sur le camp retranché qui échoua. Les Américains quant à eux bombardèrent la Cité impériale. Les forces de l’armée populaire vietnamienne ne reprendront la ville que le 25 mars 1975 lors de l’offensive de Tay Nguyen contre l’armée sudiste de Thiệu.

Visite de la Cité impériale

L’ancienne cité impériale se situe dans l’enceinte de la Citadelle royale.

Construite au bord de la rivière des Parfums à partir de 1805, celle-ci est entourée de larges douves qui délimitent sensiblement un carré sur un périmètre de plus de 10 km ainsi que de murs de 6 m de haut sur un périmètre de 2,5 km. La largeur des murs atteint par endroit 20 m.

La citadelle est accessible par dix portes fortifiées, chacune munie d’un pont. À l’intérieur de l’enceinte constituée par la citadelle, se trouvent les deux ensembles de la Cité jaune impériale et de la Cité pourpre interdite, séparée par sept barrières.

Le site a souffert de l’attaque américaine de 1968 et a perdu de nombreux bâtiments. C’est essentiellement la Cité pourpre interdite, c’est-à-dire les bâtiments où vivaient l’empereur et sa famille, qui a été anéantie.

On y trouve la porte Ngo Môn (Porte du Midi) percée de cinq entrées, où l’empereur faisait part de ses décisions ;

Ainsi que de nombreuses autres portes …

 

le palais de l’Harmonie suprême,

avec la salle du trône aux quatre-vingts colonnes laquées de pourpre et jaune ; le Musée impérial qui abrite les vêtements royaux, des meubles et de la porcelaine; le palais Diên Thọ; le pavillon Tứ Phương Vô Sự; le pavillon de la Splendeur 

et ses neufs urnes dynastiques

 

et le temple Thê destiné au culte des ancêtres de la dynastie Nguyễn.

Au-delà vers le nord, La Cité pourpre interdite, qui regroupait avant 1968 de nombreux pavillons et palais reliés par de longues galeries, était l’espace où vivaient l’empereur et sa famille. On peut y admirer aujourd’hui les édifices qui subsistent, comme le Théâtre royal où sont encore donnés aujourd’hui des spectacles de la musique traditionnelle de la Cour de Hué (Nha Nhac) reconnue comme patrimoine culturel immatériel du monde en 2003.

Depuis 1993, cet ensemble de monuments est classé patrimoine mondial de l’Unesco.

Gustave Eiffel, encore et toujours…

Le pont Trang Tien, autrefois pont Clemenceau),enjambe la rivière des Parfums au cœur de la ville d’Hué. Il est composé de six arches en acier de 67 mètres ce qui en fait un pont de 403 mètres de longueur pour 6 mètres de largeur. Il a été construit en 1898.

Historiquement, au même endroit, un pont en rotin a d’abord été conçu à l’époque du roi Lê Thánh Tôn, puis il a été remplacé par un pont en bois. À l’époque du roi Thành Thái (1897), sous le protectorat français, la construction d’un nouveau pont en métal a été confiée à Gustave Eiffel. Après deux ans de construction, le nom du roi lui a été donné : pont Thành Thái. En 1904, le pont a été gravement endommagé par une tempête, puis a été réparé deux ans plus tard en utilisant du béton armé. Après l’exil du roi Thành Thái, le pont a été rebaptisé en 1907 pont Clemenceau, d’après le nom de Georges Clemenceau, premier ministre français de l’époque. Le pont a été rénové en 1937 et rebaptisé en 1945 pont Nguyễn Hoàng, d’après Nguyễn Hoàng, ancêtre de la dynastie Nguyen.

Pendant la guerre d’Indochine, le pont fut miné et détruit en 1946, puis réparé en 1953. Lors de l’attaque du Têt de 1968, les troisième et quatrième arches furent détruites, le pont Trang Tien n’a été réparé qu’en 1991.

Le tombeau Minh Mang

 

Le tombeau de Minh Mang est situé à l’extérieur de la ville, sur le mont Cam Ke, à 12 km de Huế, sur la rive ouest de la Rivière des Parfums.

En janvier 1841, le roi Minh Mang fut emporté par la maladie et son successeur, Thiệu Trị, poursuivit cette œuvre. En août, la dépouille du roi fut ensevelie à Buu Thanh, l’enceinte du tombeau, mais le tombeau ne fut totalement achevée qu’en 1843.

Le tombeau de l’empereur Minh Mang est un ensemble architectural comptant 40 monuments (palais, pavillons, temples, etc.) disposés symétriquement sur un axe allant de la Porte Dai Hong jusqu’au pied du mur d’enceinte La Thanh, derrière le tombeau royal.

La porte principale n’a été ouverte qu’une seule fois, pour laisser passer le cercueil royal. Depuis, elle est restée définitivement close. Pour entrer et sortir, on doit passer par les deux portes latérales.

Le tombeau royal de Minh Mang, le pavillon de la Stèle, le temple Sung An et l’Étage Minh Lau et leurs 60 tableaux sculptés forment une véritable anthologie de poèmes choisis du xixe siècle.

Doté d’une architecture symétrique majestueuse, le tombeau de Minh Mang est un modèle d’harmonie avec la nature.

 

Nuit au Friendly hôtel.

A demain et surtout …

Laisser un commentaire

%d blogueueurs aiment cette page :