Les noll ont deux ailes

Nouvelle Zélande – île du Sud – Arrowtown

Notre journée aujourd’hui est dédié à Arrowtown, un charmant village de la ruée vers l’or niché au-dessous des magnifiques sommets

qui entourent l’étincelante rivière Arrow.

Le cœur de son histoire est Buckingham Street,

un cortège de petits bâtiments du patrimoine de la ville

qui s’étendent dans une avenue bordée de petites maisons de mineurs. 

où il se suffit de déambuler et se laisser charmer par plusieurs détails amusants …

Avant l’arrivée des colons européens en Nouvelle-Zélande,

les Maoris parcouraient la région lors de voyages saisonniers pour chasser les oiseaux indigènes et trouver le pounamu (pierre verte) prisé. Puis vinrent William Rees

et Nicholas von Tunzelmann, les premiers Européens à établir des fermes dans la région. 

Le cadet de Rees, Alfred Duncan, a décrit la rivière Arrow «coulant comme des fils d’argent à travers les plaines noircies [matagouri] couvertes de broussailles». 

Jack Tewa, un tondeur maori pour Rees, a trouvé de l’or en 1862, suivi de près par William (Bill) Fox ou peut-être l’équipe de Thomas Low et John MacGregor. 

Mais le puissant Fox a pris le crédit de la découverte et la nouvelle «ville» a d’abord été appelée Fox’s. À la fin de 1862, 1500 mineurs campaient près de la rivière Arrow.

12 000 onces (340 kg) de trésors jaunes ont été emportés par la première escorte d’or en janvier 1863 (cette charge valait à elle seule 18 millions de dollars aux prix d’aujourd’hui).

Lorsque les champs aurifères de la côte ouest ont ouvert en 1865, de nombreux creuseurs européens se sont dirigés vers les Alpes du Sud, car la plus grande partie de l’or le plus facile d’Otago était partie. 

En essayant de relancer une économie en déclin, le gouvernement provincial d’Otago a invité des mineurs chinois à venir travailler. 

Le petit village chinois qu’ils ont créé à Arrowtown est resté installé jusqu’en 1928,

et ses vestiges font partie de l’ histoire locale. 

Aujourd’hui, Arrowtown compte environ 70 bâtiments et caractéristiques de l’époque de la ruée vers l’or. 

Une fois l’or épuisé, Arrowtown est devenue une ville de services agricoles avec une population en baisse. Mais au cours des années 1950, comme elle est devenue une destination de vacances populaire, les familles ont restauré des cottages historiques et construit des maisons de vacances. Au tournant du 21e siècle, Arrowtown avait été refaite par sa réputation comme l’un des endroits les plus attrayants de Nouvelle-Zélande à visiter.

C’est ici que nous avons découvert le boulingrin — de l’anglais bowling green (aujourd’hui il est appelé lawn bowling), qui fait référence au terrain gazonné sur lequel le jeu est parfois pratiqué.

Arrowtown, un village niché au cœur des montagnes, à l'histoire chargé d'or, très agréable à visiter

C’est un jeu de boules originaire d’Angleterre. Couramment pratiqué dans l’ensemble du Commonwealth (en particulier dans les îles Britanniques, en Australie et en Nouvelle-Zélande), il est pratiquement inconnu dans les autres pays.

Par ses principes généraux, le boulingrin s’apparente à la pétanque et à la boule lyonnaise : le but du jeu consiste à lancer des boules de manière à les placer le plus près possible d’une cible. Il se distingue cependant des autres jeux de boule par la forme des boules et par le type de terrain. Les boules de boulingrin (bowls en anglais) ne sont pas sphériques, mais légèrement écrasées aux deux pôles. De plus, leur forme est asymétrique, c’est-à-dire qu’un des pôles est plus écrasé que l’autre. Cette caractéristique leur donne une trajectoire elliptique, particulièrement marquée lorsque leur vitesse est faible. Pour atteindre la cible, le joueur doit donc doser sa force et sa ligne de tir.

Une nouvelle découverte! Nous ne connaissions pas, et vous?

Laisser un commentaire

%d blogueueurs aiment cette page :